Trucs pratiques pour réussir les études, les formations et sa vie

Que ce soit pour mieux appréhender le rythme de la fac, que pour réussir une formation spécialisée, il est nécessaire de mettre en œuvre des méthodes adaptées, ainsi qu’un mode de vie propice à l’acquisition de nouveaux savoirs et savoir-faire. Durant le choix du type de formation dont vous avez besoin, ayez aussi comme réflexe de comparer vos acquis avec ceux que requiert ladite formation. En effet, en plus de la passion et de l’intérêt que vous portez à un domaine d’études ou d’activités professionnelles précis, il est aussi nécessaire de prendre en compte les éventuels atouts ou lacunes qui peuvent déterminer l’issue du parcours, d'orienter sa formation vers les métiers qui recrutent. Une auto-évaluation personnelle est ainsi nécessaire et peut être complétée par un bilan des connaissances qui se fait à l’initiative de l’établissement de formation ou de l’école.

Tout apprenant ou élève, quelles que soient ses bases de connaissance, son intelligence ou son niveau de culture, doit profiter d’un environnement propice aux études pour réussir. Le mental doit également être préparé et stimulé tout au long du cursus. Pour vous y aider, les conseils et trucs pratiques de ce guide sont propices aussi bien pour parvenir au bout des formations et des parcours d’apprentissage, que des études supérieures. Ils restent également conseillés pour assurer la bonne voie de votre carrière professionnelle, lorsque vous serez intégré dans la vie active.

I- Trucs  pratiques : Faciliter la concentration

Il existe de nombreux trucs pratiques très efficaces, mais toutes agissent sur l’optimisation des capacités intellectuelles de chacun et l’amélioration de l’usage de certains des sens :

-La mémoire visuelle est sollicitée, autant dans les cours théoriques que les travaux manuels.

-Les repères auditifs sont incontournables aux métiers liés à la musique et au multimédia.

-L’apprentissage des métiers de bouche sollicitent l’odorat et la mémoire gustative.

Dans tous les cas, l’apprentissage requiert d’être concentré. Les théories expliquées par les enseignants, les informations annexes et autres sujets liés aux cours doivent être assimilés en temps réel. Quelques minutes d’inattention peuvent vous faire perdre le fil de tout le processus pédagogique, car toutes données transmises aux étudiants forment généralement une filiation. Dans le cas où certaines bases du cours vous échappent, il est ainsi conseillé de toujours en notifier l’enseignant. En effet, le travail intellectuel épuise et le cerveau peut se mettre automatiquement à chercher une façon de s’aérer. Les enseignants sont au courant de ce phénomène et adoptent des méthodes pédagogiques qui alternent les périodes de demande de concentration intensive et celles où le cerveau des élèves peut baisser son niveau d’activité. Ainsi, les petites séances de mini-débat ou la mise à contribution des participants aux cours pour réaliser un exercice ouvert sont bénéfiques, pour laisser au cerveau le temps de se recharger après une forte demande d’activité. Pour vous aider à vous concentrer au mieux, voici quelques trucs pratiques qui vous seront d'une grande utilité.

Qu’est-ce que la concentration ?

La concentration permet d’orienter l’attention vers une chose en particulier. Si certaines personnes peuvent être plus facilement attentive, malgré certaines perturbations extérieures, la majorité a besoin d’un environnement qui y soit propice. Que l’on soit en train d’étudier les maths ou de jouer au foot, être capable de maintenir son attention sur ce qui se déroule est incontournable à la réussite. Le principal défi est donc de ne pas se laisser distraire :

- Maitriser ses pensées pour ne pas vagabonder d’un sujet à un autre.

- Se libérer des soucis

- Se reprendre dès que des distractions extérieures viennent vous perturber.

- Se motiver si les tâches semblent ennuyeuses ou compliquées.

La concentration permet, dans de bonnes conditions, d’obtenir une capacité maximale de réception des informations visuelles, auditives et olfactives en général. Elle se traduit donc par une plus grande sollicitation de tous les organes qui interviennent ou qui anticipent une éventuelle nécessité de réaction, d’où une plus grande facilité d’épuisement après un effort de concentration soutenue. La capacité de concentration moyenne d’un individu est de 90 minutes d’affilée. Après, un temps de pause de 15 minutes est nécessaire. Cependant, le niveau de concentration durant ces 90 minutes n’est pas stable et se présente avec une courbe ayant des pics et des creux. La durée moyenne des pics de concentration est de 9 secondes, selon des études récentes. Et avec les demandes d’activité multitâches qui règlent nos vies, on constate également que rares sont les personnes qui arrivent à se concentrer durant une heure et demi d’affilée. Ainsi, certaines études effectuées auprès de cadres d’entreprises révèlent que ceux-ci sont concentrés en moyenne durant 52 minutes durant une réunion.

Pour les cours et séances de révision, où la lecture est le principal vecteur de la concentration, la capacité moyenne de mémorisation est limitée entre 15 à 20 mots. Rappelez-vous en, lorsque vous établirez vos fiches de mémoire.

Trucs pratiques : Soigner son environnement de travail

Pour réduire l’épuisement lié au travail de concentration, on peut minimiser les ressources mentales qui y sont allouées tout en optimisant l’efficacité de ses séances d’études. Cela nécessite des préparatifs préalables, surtout au niveau de l’environnement de travail.

Qu’est-ce qu’un bon environnement de travail ?

Un environnement de travail peut être favorable à votre concentration. Pour cela, il faut principalement éviter d’inclure dans votre espace de travail (plan et pièce d’étude) les éléments qui peuvent être des sources de distraction. Minimiser ces facteurs permet de minimiser dans le même temps les efforts demandés pour penser à étudier.

Les principaux aspects d’un bon environnement de travail propice à la concentration sont les suivants :

- Un lieu paisible et habituel est à privilégier par rapport aux endroits publics remplis de monde, souvent sujets à une forte effervescence.

- Pour ceux qui aiment travailler avec de la musique, privilégiez un fond sonore adéquat, avec un rythme habituel et simulant. Il faudrait néanmoins éviter d’écouter la radio, car les animateurs et les annonceurs sont des professionnels dont le principal objectif est d’attirer votre attention.

- Un espace dédié au travail est nécessaire pour vous concentrer. Rangez votre bureau ou plan de travail pour qu’il n’y ait aucun élément extérieur à l’étude prévue. Nettoyez-le également, car la propreté est essentielle à votre bien-être durant votre travail. Le bureau ne doit présenter que les outils nécessaires à vos études. Pour éviter de briser votre concentration en allant à la recherche d’un marqueur ou d’un dictionnaire par exemple, assurez-vous que ces outils y sont tous bien présents. Au cas où vous n’utilisez par votre ordinateur, éteignez-en l’écran pour éviter toutes tentations de surfer sur le web. Mettez également votre téléphone en mode “silencieux”.

Trucs pratiques: Préparation intellectuelle

Se concentrer sur une tâche n’est pas une activité automatique de votre esprit, mais exige que vous fournissiez un certain degré d’effort selon le niveau de difficulté rencontré. Pour faciliter l’abandon d’un état de repos qui lui est agréable à votre cerveau, l’astuce de trouver une source de motivation. Pour être prédisposé mentalement à aborder les études, voici les trucs pratiques de base :

-Avoir un rythme de vie sain et équilibré : le manque de sommeil, l’absence d’activité sportive, le stress et une mauvaise nutrition nuisent aux études.

- Réaliser un échauffement mental de routine : pour permettre à votre esprit d’atteindre un niveau de concentration optimal, adoptez un exercice d’immersion graduelle. Le concept de routine pour ce type d’exercice permet à l’esprit d’être de plus en plus favorable à répondre aux demandes de concentration. Le nettoyage de l’espace de travail, la révision ou relecture des anciens cours ainsi que les exercices de relaxation sont parmi les routines qui marchent.

-Régler vos éventuels tracas avant d’entamer une séance de travail. Ces idées parasites se dévoilent souvent comme des réflexions du genre, le planning de la semaine, la lecture des nouveaux courriels, la lessive, un message pour un proche, … Le mieux est de régler ces soucis et non de les repousser. Faites un listing de tout ce que vous devez régler.

-Éviter la surcharge cérébrale en vous accordant au moins 5 minutes de pause après chaque heure de travail. Dégourdissez-vous les jambes loin de l’ordinateur et buvez de l’eau durant ces moments.

Quelques exercices de concentration

L’attention est un réflexe inné chez toutes les espèces animales et est surtout stimulée par des évènements inhabituels. La faculté à se re-concentrer plus ou moins rapidement est également variable pour chaque individu. Voici quelques trucs pratiques qui vous permettront d’améliorer votre capacité de concentration :

-Faites en sorte d’avoir un émotionnel paisible. Pour cela, des exercices de respirations lentes et profondes sont conseillés. Vous pouvez aussi établir une routine matinale pour vous préparer avant d’aller en cours ou au travail.

- Se focaliser sur un objet quelconque durant une minute permet d’exercer votre esprit à se concentrer.

- Écouter un morceau de musique pour atteindre un état émotionnel propice à la concentration et s’émanciper de toutes idées parasites.

- Conjuguer des tables de multiplications ou compter mentalement permet de dédier le cerveau à cette activité durant une minute ou deux. Vous pouvez effectuer des gestes mécaniques, comme la marche, pédaler ou faire des pompes, durant cette étape de préparation mentale.

- En visualisant et en répétant mentalement plusieurs fois une scène, vous pouvez vous préparer à une prise de parole autour d’un sujet.

II- Trucs pratiques : Prise de note

Durant les séances de cours théoriques et pratiques, des explications et des notions sont toujours données par les enseignants. Il est essentiel de les retranscrire sous-forme de notes pour mieux vous les remémorer plus tard. Sachez qu’il est tout à fait possible d’adopter des méthodes de prise de notes efficaces, tout en ayant une écoute attentive. Voici les trucs pratiques qui permettent à vos notes de soutenir aussi bien votre concentration, votre mémorisation ainsi que votre compréhension des notions transmises durant un cours, un exposé ou une conférence. Des conseils qui permettent également de développer ses compétences professionnelles à travers des techniques innovantes.

- Écrivez des notes brèves, car il est en effet impossible de noter tout ce qui est dit durant un exposé. Notez ainsi l’essentiel, comme les définitions, les exemples et les schémas. N’oubliez-pas les articulations (cause, car, ou, …) entre les idées principales, car elles sont essentielles à la compréhension durant les révisions. Utilisez des abréviations pour gagner du temps.

- Privilégiez l’exactitude des notes prises, ainsi que leurs lisibilités. Ne confondez-pas vos notes de cours et vos commentaires personnels. Relisez les notes après les cours, pour redemander des explications à l’enseignant dès le prochain cours.

- Organiser vos notes et conservez des zones libres sur la page pour compléter ou pour annoter. Séparez chaque idée sous-forme de paragraphes.

IV- Trucs pratiques : Travail de mémorisation

Si certaines choses restent à jamais gravées dans notre mémoire, il est aussi constaté que d’autres sont plus volatiles. Un effort de mémorisation supplémentaire est ainsi conseillé pour 98 % des nouvelles notions transmises durant un mois de cours. Le problème de la mauvaise mémoire est dû à ses deux formes bien distinctes :

- La mémoire à long terme contient des informations qui sont plus longtemps accessibles. La sauvegarde des nouvelles notions se fait par connexion à celles préexistantes, lesquelles sont réparties en plusieurs catégories. Les liens entre les anciennes informations et les nouvelles sont donc faits automatiquement.

- La mémoire à court terme ou mémoire de travail est le transit préalable et obligatoire de toutes formes d’informations. Ayant une capacité de stockage limitée, les notions jugées inutiles y sont inconsciemment effacées après quelques minutes, voire secondes.

Un travail de mémorisation vise donc le transfert du maximum d’informations, de la mémoire à court terme, vers celle à long terme.

Trucs pratiques pour mieux mémoriser

La méthode de mémorisation appliquée, le degré de concentration, la motivation et les acquis préalables sont les principaux facteurs qui influent sur la capacité de mémorisation. Voici quelques trucs pratiques permettant d’améliorer votre capacité de mémorisation :

- Relire plusieurs fois les cours et les notes durant une période de révision planifiée à l’avance permet d’ancrer solidement les notions dans la mémoire à long terme.

- Dynamiser vos études en utilisant des surligneurs pour mettre en évidence les idées principales qui font partie du contenu d’un examen sur une matière.

- Utilisez des méthodes mnémotechniques, comme celle des acronymes qui permettent de retenir de petites phrases dans l’ordre d’une énumération logique.

- Il y a différentes manières de répéter et de répéter encore et encore une information jusqu’à ce qu’elle soit enregistrée dans la mémoire à long terme. Vous pouvez réciter une information à haute voix, ou adopter un rythme particulier, ou remettre vos notes à l’écrit pour les connaître par cœur. Enregistrer les cours et les notes avec un dictaphone permet aussi de le réécouter plus tard et de favoriser la mémorisation. Il faut répéter une information au moins trois fois pour la mémoriser durablement. Des jeux de questions -réponses avec un collègue, ou en solo, permettent aussi de mieux retenir les notions.

VI- Trucs pratiques : Gérer son temps et son alimentation

L'effort de travail personnel supplémentaire figure aussi parmi les nombreux trucs pratiques garantissant une réussite scolaire et professionnelle.

En effet, être présent aux cours et aux formations diplômantes est la base du succès, mais reste néanmoins insuffisant. En complément, il est nécessaire de :

-Prévoir un temps de travail personnel hebdomadaire équivalent au nombre d’heures de cours par semaine.

- Demander du travail supplémentaire aux enseignants ou tuteurs. Par exemple, quels ouvrages de référence proposent-ils pour compléter les cours ou pour approfondir un sujet donné.

-Réaliser des séances de travail en petit groupe pour travailler une partie difficile d’un cours. Cela permet de mettre les connaissances et les capacités d’analyse de chacun en commun.

Une gestion efficace de votre temps libre est ainsi nécessaire. Pour cela, il est conseillé d’utiliser un agenda pour planifier votre emploi du temps de travail personnel, de 8h à 22h par exemple. Profiter des inter-cours pour insérer des temps de travail personnel. Pour le weekend, équilibrez ce planning avec les activités que vous aimez, les sorties, les sports, sans oublier le repos. Dans le cas, où vous avez des cours uniquement dans l’après-midi, utilisez un réveil pour réaliser vos études personnelles dans la matinée. Si vous devez trouver un job pour gagner de l’argent de poche, privilégiez un emploi qui vous permet de travailler vos cours. Le type de travail comme le baby-sitting et le gardiennage peuvent bien aider à financer sa formation quand on est demandeur d’emploi. Réadaptez votre emploi du temps pour convenir au planning de chaque semaine.

A noter également qu’une alimentation saine conditionne une bonne mémoire. En évitant surtout de sauter les petits-déjeuners, voici quelques aliments conseillés :

-Céréales, boulangeries de grains entiers

-Fruits frais

-Œufs, beurre d’amande, fromage, beurre d’arachide, yaourt, lait de soja, lait.


Suivez-nous sur les réseaux sociaux