Orientation métier, quoi faire après le Bacc ?

La période après -bac est un tournant décisif pour la construction de la carrière professionnelle. Le baccalauréat ouvre l’accès aux différentes facultés et autres types de formations. Une orientation métier est donc devenu nécessaire pour les bacheliers, mais aussi pour les futurs bacheliers. Il s’agit de s’informer sur la voie à suivre et la filière qui correspond le plus à ses inspirations de carrière. Connaitre les aides et allocations diverses permettent aux étudiants de mener à bien leurs cursus, mais le choix de ce dernier est crucial.

Quelques informations pratiques

L’objectif principal pour les élèves de terminale est d’obtenir le bac. C'est l’année qui précède l’entrée dans les universités et écoles supérieures. Et c’est également le moment où il faut penser sérieusement à son orientation métier. Il est important de s’informer à l’avance sur les modalités et les dates des inscriptions, mais également sur le nouveau système LMD.

Date des inscriptions

Pour la session 2016, la date d’inscription dépend de la formation souhaitée. C’est la position par rapport au portail admission post bac, qui détermine les périodes des inscriptions au sein des établissements supérieurs :

  • Pour une formation faisant partie du portail admission post bac : Les licences ou les premières années en université, les BTS (brevet de technicien supérieur), les DMA (diplôme des Métiers d’Art), les écoles de commerce, les DUT (diplôme universitaire de technologie), les formations d’ingénieurs, les formations paramédicales et sociales, ainsi que les Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture… sont quelques-unes des formations concernées par cette plateforme de préinscription, dont la procédure est subdivisée en 4 étapes. ISachez-qu’il existe une date limite pour chaque étape de l’inscription.

Les étapes de l’inscription :

  • Du 20 janvier au 20 mars, le choix de formation suivant l’ordre de préférence. Toute modification du classement est possible jusqu’au 31 mai. Ceci concerne toutes les formations. Il faut également remplir les dossiers complémentaires de l’orientation active et imprimer la fiche de candidature.
  • La date limite pour la constitution et l’envoi des dossiers-papiers est le 02 avril. Le candidat peut consulter les étapes suivant la réception du dossier du 5 au 8 mai.
  • Les premières propositions d’admission sortent le 8 juin, date à laquelle on peut déjà soumettre sa réponse. Dans le cas où l’on n’a reçu aucune proposition, on peut postuler pour les places vacantes. L’inscription pour la procédure complémentaire commence le 26 juin et se termine le 15 septembre.
  • L’inscription au sein de l’établissement clôture cette procédure, après les résultats au bac.

 

  • Pour la formation hors portail admission post bac : Pour les formations hors APB, les dates pour l’inscription varient en fonction de l’école et de la formation choisie par le candidat. Il est donc nécessaire de se renseigner auprès des écoles qui peuvent procéder à des sélections avant les épreuves du bac.
  • Pour les grandes écoles, les inscriptions ont lieu du mois de janvier au mois février pour l’école de commerce.
  • Pour les écoles des arts : les inscriptions sont ouvertes dès janvier et la réception des dossiers se déroulent les mois de février et mars pour les écoles des beaux arts. Pour les écoles nationales supérieures d’art, l’inscription commence en décembre, les candidats peuvent envoyer leurs dossiers le mois de janvier et février. Chaque école décide sur la date du concours.
  • Pour les écoles du secteur paramédical, les dates pour s’inscrire sont définies entre le mois de septembre et de novembre. Elles varient suivant les écoles et les formations.
  • Pour les écoles spécialisées : le tourisme, l’hôtellerie-restauration, le bâtiment, le secrétariat…, il est recommandé de prendre des renseignements auprès des écoles souhaitées, car les sélections peuvent avoir lieu avant le bac.
  • Pour les écoles qui forment les métiers du social, les inscriptions sont comprises entre octobre et décembre. Les dates varient suivant les écoles et les formations.

Le système LMD

Actuellement, le système mis en vigueur dans l’enseignement supérieur est le LMD. Ce nouveau système regroupe les nouvelles mesures appliquées dans les Universités et grandes écoles françaises. Cette réforme a pour but l’uniformisation de tous les cursus universitaires en Europe pour une excellente orientation métier. Les diplômes délivrés sont reconnus au niveau européen.

Ce sigle correspond aux différents niveaux des diplômes : la licence obtenue 3 ans après le bac, le master en 5 ans d’étude et le doctorat au bout de 8 années. Chaque grade est découpé en semestre et chaque semestre correspond à 30 crédits. Ces crédits sont capitalisables et transférables d’un établissement à un autre et d’un pays européen à un autre.

On y exige des étudiants plus de travail personnel, d’autonomie, d'une meilleure gestion du temps et de plusieurs Trucs pratiques pour réussir les études, les formations et sa vie.

Les diplômes

Pour optimiser son orientation métier, l’acquisition d’un ou de plusieurs diplômes constitue un atout majeur aux yeux des recruteurs. Ils certifient le savoir-faire et la compétence d’un individu dans la réalisation d’une tâche. Les établissements scolaires et universitaires procèdent à la délivrance d’un diplôme après validation des connaissances, via des contrôles réguliers et des examens finaux. Les diplômes sont hiérarchisés suivant les niveaux et cycles d’études.

La licence et le master au niveau européen

Une licence compte 6 semestres, soit 180 crédits pour 3 années universitaires. Cette étape est subdivisée en 3 niveaux. Le premier niveau ou L1 correspond à la première année d’étude, marquée par l’apprentissage des fondamentaux et un enseignement pluridisciplinaire. L’horaire pour les cours magistraux est assez réduit à ce niveau et laisse place à plus d’encadrements pédagogiques. Pendant la L2 (la 2e année), il s’agit de renforcer les compétences de l’étudiant et de l’informer sur les débouchés qui correspondent à la formation. Le L3 vient clôturer ce premier cycle des études universitaires. Les travaux de l’étudiant sont centrés sur un approfondissement disciplinaire et pour y parvenir, un stage est obligatoire.

Les étudiants titulaire d’une licence (bac+3) peuvent se présenter à un concours administratifs de catégorie A. Après l’obtention de la licence, l’étape qui succède au premier cycle est le Master. Le second cycle comprend deux niveaux, le M1 et le M2, au bout duquel on peut prétendre à un master (bac+5). 120 crédits sont requis pour obtenir le Master. Un diplôme en Master permet à l’étudiant de concourir pour des postes de la fonction publique, notamment dans la magistrature et l’agrégation ou encore de poursuivre avec un doctorat (bac+8).

Le BTS ou brevets de technicien supérieur

Ce diplôme est reconnu auprès de toutes les sociétés et entreprises. Son obtention dépend des résultats d’un examen final, des notes des contrôles pendant la formation et de l’acquisition de 120 crédits.

Les écoles sont ouvertes aux titulaires d’un bac après l’étude des dossiers et des bulletins scolaires, et un entretien éventuel. On peut y accéder dès le lycée, après le bac, mais cet accès requiert une préparation dans une section technique. Ceux qui ont eu une mention bien ou très-bien, pendant les épreuves du bac professionnel ou technologique, sont admis d’office.

Le cursus propose 138 options et spécialités : design, transport, électronique… Pour faciliter l’insertion dans le monde du travail, le stage et la pratique font parties intégrantes de la formation. Le reste est complété par les matières générales : mathématiques, langues…

L’emploi du temps compte 30 à 33 heures par semaine, réparties entre cours magistraux et travaux pratiques, bénéficiant de l’intervention des professionnels du secteur, ainsi que travaux dirigé (TD).

Après le BTS, il existe une multitude de possibilités pour ceux qui désirent poursuivre leurs études. Par exemple, une formation supplémentaire d’une année permet d’obtenir une licence pro et de doubler ses connaissances. L’entrée dans une école de vétérinaire, de commerce ou d’agronomie reste une possibilité après un concours.

La DUT ou Diplôme Universitaire en Technologie

La préparation d’un DUT s’étale sur 2 années, répartie en 4 semestres. La formation comprend des cours magistraux, des TP et TD, pendant les 30 à 40 heures de cours hebdomadaires. L’étudiant doit présenter un projet tutoré, comme travail personnel. Une période de 10 semaines est consacrée au stage à la deuxième année. Certaines écoles accordent la possibilité de suivre des cours en alternance. 41 spécialités sont proposées dans ces Instituts Universitaires de Technologie que l’on peut accéder après le bac et une étude du dossier scolaire.

Il est possible de continuer ses études avec la préparation d’une licence pro ou un master. L’intégration dans une école spécialisée (commerce, ingénierie,…) est également envisageable.

Orientation métier : Les formations professionnelles

Suivant les aspirations du candidat ou par rapport aux conseils d’orientation, les formations professionnelles représentent une bonne alternative, comme enchainement après le bac. Ces formations sont dispensées par des écoles spécialisées et ouvrent directement le monde du travail. Plusieurs voies permettent d’accéder à ces divers établissements : concours, sélection de dossier, entretien,…

Les filières de la formation professionnelle

Le social

Les écoles forment pour devenir des assistants de service social ou des éducateurs et délivrent des diplômes d’État. On y accède par voie de concours et la durée de cette formation  est de 1 à 5 ans. Les candidats détenteurs d’un bac S ou d’un STL sont ceux qui réussissent mieux aux épreuves du concours.

La comptabilité, commerce et gestion

Les formations préparent les étudiants aux métiers d’expert comptable, mais des diplômes peuvent être délivrés au cours du cursus, dont le DCG (Diplôme de Comptabilité et de Gestion) après 3 ans d’étude. L’inscription est ouverte, après sélection de dossier, à tous ceux qui ont un bac S, ES ou STMG.

Des écoles spécialisées forment également pour devenir des commerciaux de terrain. La durée de la formation est de 1 à 2 ans précédée d’un entretien. Le cursus est ouvert aux titulaires d’un bac, bac+ 1, bac+2.

L’étudiant peut poursuivre dans une école de management. Certaines d’entre elles recrutent après le bac ou avec un bac+2. Ici la formation dure 3 à 4 ans et l’on y accède par voie de concours.

L’industrie

Ce secteur d’activité concerne plusieurs domaines : environnement, chimie, textile, la mécanique, informatique,…une réalité qui offre une multitude d’opportunité pour la recherche de travail. Des écoles spécialisées offrent des formations pour la gestion de la production ou des achats, les chargés de maintenance, les responsables qualité… Ces formations sont destinées à ceux qui ont un bac S, STL ou STI2D. Les candidats sont soumis à un test et un entretien après sélection de dossier. La formation dure 2 à 4 ans.

L’architecture

Une vingtaine d’ENSA (école nationale supérieure d’architecture) sont réparties dans l’hexagone pour se former au métier d’architecte immobilier ou d’architecte paysagiste. La durée de la formation est de 5 ans au bout de laquelle on délivre un diplôme d’état aux étudiants. Cette filière attire majoritairement ceux qui ont un bac scientifique en quête d'une orientation métier compatible à leur compétence. On peut y accéder après sélection de dossier.

L’art

Cette filière concerne les métiers du graphisme et du design. Elle est idéale pour ceux et celles qui désirent effectuer une orientation métier dans la mode, l’aménagement d’espace, la publicité ou encore l’édition papier ou web. On peut opter pour une école privée ou publique pour suivre un cursus de 2 à 5 ans. Pour pouvoir y accéder, les projets et les travaux personnels de chaque candidat doivent passer par une sélection rigoureuse, après quoi ils peuvent accéder au concours et à une étape d’entretien. Pour pouvoir répondre à ces exigences, certains candidats consacrent une année pour préparer ces épreuves.

Le cinéma

En ce qui concerne le 7e art, des écoles spécialisées préparent au métier d’artiste (comédie, danse…) et technicien. La durée du cursus d’étale de 3 à 5 années. Les écoles peuvent être publiques ou privées et on peut y accéder, via un concours suivi d’un entretien. Pour pouvoir entrer dans une école nationale d’art dramatique, il faut par contre passer une audition. Certains conservatoires d’envergure nationale ou régionale délivrent des DNSP, pour ceux qui veulent se spécialiser dans la danse et la musique.

La communication

Les écoles qui forment au métier de chargé de relation publique ou d’attaché de presse sont pour la plupart des établissements privés. Le coût de la formation est assez élevé. La durée du cursus est de 4 ans, partagé en 2 cycles de 2 ans. L’accès se fait par sélection de dossier et ceux qui sont retenus doivent ensuite passer un entretien.

Pour le métier de journaliste, l’admission est possible uniquement après le bac dans 3 écoles : les IUT information-communication de Tours, de Cannes et celui de Lannion. La formation dure 2 ans, couronnée par la délivrance d’un Diplôme Universitaire de Technologie.

Mise en garde

  • Avant de poster une candidature auprès des écoles privées, il est conseillé de bien s’informer sur : le mode de sélection, les résultats aux examens, l’insertion à la sortie de l’école, les frais de scolarité et ce qu’ils recouvrent, la nature des diplôme délivrés…Se renseigner également sur l’existence de l’école en question, car certaines écoles ne sont pas reconnues par l’Etat.
  • Il faut bien se renseigner sur les dates : inscriptions, envois des dossiers, concours,….
  • L’avantage pour les écoles de l’industrie est leurs affiliations avec des entreprises et des CCI (chambres de commerce et de l’industrie), une association qui permet de favoriser l’insertion professionnelle.
  • L’accès dans les écoles de journalisme, de documentation ou celles qui forment au métier de magistrat ou d’avocat ne peut se faire qu’après des études supérieures ou à l’issue des classes préparatoires.

Les classes préparatoires

Elles sont nécessaires pour acquérir le niveau exigé pendant les concours d’entrée dans les grandes écoles (d’ingénierie, de management, d’agronomie, de vétérinaire…). Ces préparations concernent les filières scientifiques, littéraires et économiques. Le dossier scolaire est étudié avant d’accéder à ces classes préparatoires, pour vérifier la régularité des efforts, l’assiduité et le niveau dans toutes les disciplines. La durée de cette formation qualifiante est généralement de 2 ans avec aucune possibilité de redoublement. Les élèves sont soumis à des contrôles réguliers et à un rythme de travail très soutenu. Au cours d’un cursus de 2 ans, les cours permettent déjà d’obtenir des crédits européens.

Les prépas peuvent s’étaler sur un an pour les titulaire d’un bac+2, d’un BTS ou d’un DUT, notamment les ATS ingénierie- industrielle, ATS économie –gestion, ou pour ceux qui veulent intégrer une école de biologie ou d’agronomie.

Les formations dédiées au titulaire d’un bac pro

Les titulaires d’un bac professionnel peuvent intégrer directement le monde du travail. Néanmoins, il existe des formations auxquelles ils peuvent y accéder. Ces formations permettent d’acquérir une spécialisation et de développer  ses compétences professionnelles à travers des techniques innovantes. Elles peuvent prendre une année comme dans le cas de la FCIL ou formation complémentaire d’initiative locale, qui concerne plusieurs domaines : secrétariat médical, restauration ou service client anglophone. Une attestation est attribuée à la fin de chaque formation.

La formation est de 2 à 3 ans, dans le cas d’une préparation d’un BTS ou d’un BTSA. Une sélection de dossier et une évaluation du travail personnel sont les étapes d’admission à une école d’art. Les titulaires de bac pro peuvent tenter leurs chances dans les écoles de commerce ou de comptabilité, s’ils ont un bon niveau en maths, en français ou autres langues.

L’admission au concours permet à ceux qui ont un niveau bac d’entrer dans les écoles de paramédical ou celles qui forment pour les travaux sociaux.

La possibilité de prétendre à une étude universitaire est assez faible pour ceux qui ont un bac pro. Les cours dispensés dans les lycées professionnels ne sont pas adaptés aux concours et formations prodiguées dans les universités et instituts, lesquelles comportent une partie théorique.

Suivre des cours dans les classes préparatoires pendant 3 ans représente une alternative pour ceux qui souhaitent intégrer une grande école. Une licence pro reste néanmoins accessible après le BTS.

L’alternance comme voie de carrière

Cette modalité pédagogique associe formation dans une université et insertion dans un milieu professionnel. Elle figure parmi  les bons gestes à faire pour trouver un job. Elle comprend deux sortes de contrat, dont celui de l’apprentissage qui concerne les étudiants de moins de 26 ans, avec un montant correspondant au salaire minimum conventionnel. Le second est le contrat de professionnalisation en CDI ou CDD, pour une durée de 6 à 12 mois. Cette modalité permet d’accélérer la maîtrise de compétences professionnelles spécifiques.

 

 

Les aides universitaires

Pour ceux qui souhaitent intégrer les écoles supérieures et les Universités, ces informations supplémentaires facilitent la vie estudiantine. Les études supérieures sont soutenues par des aides et allocations diverses. Les demandes doivent faire l’objet d’une étude de dossier, car l’octroi et le montant des aides varient suivant la situation de l’étudiant. Les demandes sont à renouveler tous les ans et doivent être faites au début de chaque année universitaire.

La bourse d’étude

Cette aide sert à financer les études. Le montant peut être différent d’un étudiant à un autre, car il est déterminé après l’étude du Dossier Social Étudiant (DES). Plusieurs critères sont pris en compte : le revenu des parents, le nombre d’enfants à charge, l’âge de l’étudiant et son diplôme, la distance entre le domicile et l’école… Les résultats aux examens, ainsi que l’assiduité du demandeur sont également surveillés.

Le logement étudiant

Des allocations peuvent être octroyées aux étudiants pour les aider à se loger durant leurs études. Il faut pour cela s’informer auprès des caisses d’allocation familiale. Les responsables procèdent à une étude du DES pour une demande de logement dans une résidence universitaire. Pour les chambres chez des particuliers ou des studios à bas prix, il faut s’adresser au CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires).

Vous pouvez aussi contacter les associations des étudiants ou les centres régionaux d’information jeunesse (CIJ) pour des logements privés et indépendants.

Pour les étudiants handicapés

Certains établissements ont pris des mesures, afin de faciliter l’insertion universitaire des étudiants en situation d’handicap dans tous les types de formations et examens : aménagements divers, matériels pédagogiques, …

La santé durant les études supérieures

Pour les soins médicaux, certains étudiants peuvent être pris en charge par la sécurité sociale. Tout étudiant doit s’y inscrire auprès du service de scolarité où est délivrée sa carte d’étudiant. Seuls des étudiants qui ont 20 ans et plus (sauf ceux qui sont boursier) doivent payer la cotisation.

Échec au bac, que faire ?

Ceux qui ont échoué au bac peuvent se réinscrire en classe de terminale et repasser les épreuves pour la prochaine session. Ils peuvent aussi continuer leurs études grâce à l'e-learning, la formation des temps modernes. Il y aussi diverses possibilités permettant de  continuer les études au sein de certaines écoles supérieures (en art, hôtellerie, tourisme, restauration) où ce diplôme n’est pas requis.

Ces jeunes peuvent préparer un BTS et le bac en même pour ne pas perdre de temps. Il faut qu’ils s’organisent seulement au niveau horaire. Il leurs est également possible de suivre des cours du soir dans les universités pour préparer un DUT en droit.

Enfin, il y a la possibilité de la formation en alternance pour développer son professionnalisme et améliorer ses chances d’insertion. Les élèves peuvent en même temps préparer leur bac, bac pro, BTS…, après avoir fait l’objet d’un positionnement par un centre de formation d’apprentis.


Suivez-nous sur les réseaux sociaux