E-learning, la formation des temps modernes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’essor des nouvelles technologies et de l’internet a permis de promouvoir certaines pratiques pédagogiques. L’enseignement à distance a ainsi fait naître une nouvelle méthode d’apprentissage, le E-learning, grâce à des logiciels permettant de proposer des formations informatiques qui ont émergé dans les années 80. Le concept est aujourd’hui associé à des technologies numériques plus avancées basées sur le web, pour faciliter la gestion et la pédagogie.

I-Les  principes du E-learning

Si le E-learning est actuellement très en vogue aussi bien des entreprises que des jeunes diplômés, quels en sont les véritables enjeux ?

Les fondements du concept

L’e-formation ne se limite pas seulement à la formation à distance. Elle permet de diffuser une plus large connaissance dans un domaine spécifique, mais elle peut également cibler des situations plus pratiques, qui se rencontrent au niveau d’un cœur de métier ou d’une profession.

L’e-learning se base sur l’enseignement assisté par ordinateur ou EAO et s’est développée en même temps qu’internet. La relation entre l’enseignant et l’apprenant, ainsi qu’entre les apprenants eux-mêmes est ainsi dépendante du réseau.

L’apprentissage est également basé sur un concept de libre-service, car les connaissances doivent être acquises par soi-même, avec une aide informatique. Le suivi et la question de motivation doivent cependant être plus encadrés, car l’effort d’apprentissage demandé est beaucoup plus lourd par rapport à un cursus classique. Les échanges sont ainsi centralisés autour d’une plateforme composée de logiciels dont le rôle principal est de faciliter le travail de l’enseignant.

Pour assurer un bon suivi de l’acquisition des connaissances, ces logiciels doivent permettre de visualiser le parcours de chaque apprenant dans les cours, de consulter les réponses des tests, d’analyser les erreurs et de communiquer avec l’apprenant.

Chaque apprenant doit aussi posséder une messagerie électronique qui lui est attribuée sur la plateforme, pour qu’il puisse solliciter facilement l’aide du formateur indépendant ou tuteur. Pour donne une facette plus académique, les classes virtuelles sont proposées sous-forme de forum, où l’enseignant joue le rôle de modérateur et d’animateur. Si les machines doivent être capables d’évaluer et de corriger, certains cas peuvent leurs être difficile, d’où l’importance du rôle et de la présence de l’enseignant.

Les logiciels d’EAO actuels permettent d’obtenir une plus grande réalité d’apprentissage, grâce aux évolutions des logiciels interactifs et des supports multimédia, plus rapides et plus riches en couleurs. Les photos, les vidéos, les animations, les images de synthèse et le son enrichissent les cours et permettent de stimuler la motivation des apprenants.

Pourquoi le E-learning ?

Le E-learning permet d’acquérir aussi bien les apports d’un cours classique que des connaissances dans l’organisation. A la fin d’un cours, savoir et savoir-faire sont ainsi accessibles aux apprenants. Le concept doit encadrer les phases amont et aval de la formation pour assurer la réussite de l’ensemble du processus. C'est aussi une excellente phase de Préparation pour trouver un job.

En amont, une validation des pré-requis grâce à des outils informatiques doit être obligatoire. Des procédés de diagnostic de compétences doivent aussi être implantés en amont pour pouvoir proposer le cursus de E-learning adapté. Avant la formation, des catalogues de cours sont déjà à la disposition des apprenants sur la plateforme, aussi bien sous-forme électronique que traditionnelle.

Pendant l’apprentissage, des exemples, des simulations, des tests, de l’aide en ligne et des glossaires supportent les cours. La formation est couronnée par une validation des acquis, une évaluation de ladite formation et une certification.

Les outils de communication mis en place permettent au tuteur (enseignant) de s’assurer que les notions transmises au fur et à mesure sont bien acquises et comprises. Des séances de révision et d’approfondissement de certains thèmes peuvent être réalisées si nécessaires. L’apprenant peut aussi, de son côté, s’auto-évaluer sur chaque matière et revoir certains cours.

Tirant les meilleures parties des systèmes de formation traditionnels, le E-learning suit actuellement un modèle hybride ou blended learning. Des formations présentielles sont ainsi mises en œuvre, supportées par le web et les outils informatiques. Dans le contexte professionnel, les acquis de cours de e-learning, combinés à intranet et à une indexation par un moteur de recherche sont ainsi très utiles.

Apports et éléments technologiques

Comme toute formation et apprentissage, le E-learning se base sur des méthodes concrètes qui découlent des cours classiques. Le concept est cependant adapté aux besoins des apprenants et des métiers actuels.

Modules de cours

Ce sont les composants pédagogiques qui assurent la transmission d’un savoir à propos d’un thème. Une grande diversité de média est s’enchaine dans chaque module, dont les textes, les images, les animations, les sons, les vidéos et les simulations qui stimulent les facultés cognitives de l’apprenant, la mémorisation et la compréhension des thèmes abordés.

Ces séquences interactives permettent de répondre à une problématique ou à une question, durant la réalisation d’un exercice ou d’une simulation. Disposant de documents de référence qui approfondissent chaque sujet, l’apprenant peut suivre son propre rythme et consulter les explications associées à la véracité de ses réponses ou aux erreurs.

Les modules de cours réalisés via la technologie Flash ou Director de Macromédia, tandis que les animations sonorisées sont insérées dans les pages HTML classiques. Les outils de simulation sont réalisés en Java et les vidéos se proposent sous les formes standards MPEG, AVI, Quicktime et DivX.

Les plateformes de E-learning

Ces modules de cours peuvent être mis à la disposition des enseignants et des apprenants directement via intranet, ou gérées par une plateforme de E-learning ou LMS (Learning Management System) qui est un logiciel dédié au E-learning. Ce logiciel ne propose ni l’organisation, ni la création du contenu pédagogique, contrairement aux LCMS (Learning Content Management Systems) qui intègrent des outils auteurs. Le LMS se limite à la gestion du parcours des apprenants et les modules de cours sont séparément créés.

Certaines plateformes proposent actuellement le « rapid E-learning », grâce à l’intégration d’outils simples dans le concept des LCMS. Parmi les logiciels qui permettent de créer des supports de cours e-learning, il y a par exemple, Macromedia Breeze. Les cours, de courte durée, permettent généralement d’aborder des thèmes conjuguant formation et information. Le module auteur du logiciel Power Point de Microsoft offre un support bien adapté. Ainsi, on assiste aujourd’hui à l’émergence du marché des modules de cours qui peuvent ensuite être implémentés sur une plateforme LMS. Des standards sont ainsi déjà mis en place pour encadrer ces achats.

Une plateforme de E-learning a généralement pour rôle de :

  • Présenter le catalogue du cours, les modules de cours et les ressources annexes
  • Diffuser les cours sur les postes des apprenants et de l’enseignant éventuellement
  • Gérer les activités des enseignants
  • Gérer les évaluations des apprenants
  • Automatiser les processus qualité
  • Construire des parcours de formation sur-mesure
  • Créer une communauté d’utilisateur
  • Gérer le reporting et les démarches administratives, comme les inscriptions ou la comptabilité

Le multimédia

Le E-learning se base sur un canal de diffusion dédié à une interface web. Un navigateur internet tel que Microsoft Internet Explorer, Netscape ou Mozilla est donc suffisant. Les besoins de haute interactivité des cours e-learning nécessitent l’utilisation de technologies multimédias, comme Macromédia Flash, permettant de supporter les animations sonores intégrées dans les sites.

L’affichage en temps réel des téléchargements ou streaming tient également une place importante pour diffuser les contenus multimédias durant les séances de groupe. Un ordinateur supportant les technologies Microsoft Streaming Server, Real Helix, Apple Quicktime Server et Flash Streaming Server est donc conseillé.

II-Place du E-learning parmi les formations

Les formations académiques classiques sont encore bien ancrées dans la pédagogie actuelle. Entre les cours présentiels et les modules E-learning, comment et que choisir ?

Les avantages du E-learning

  • Déploiement plus rapide à l’international et dans les grandes entreprises, utilisé pour la formation à distance pour les salariés  par exemple.
  • Formation possible dans le lieu de travail : d’où une perte de temps minimale liée aux déplacements hors du poste de travail. De plus, la formation est réalisable à toute heure.
  • Temps d’apprentissage réduit : avec seulement 50 % du temps nécessaire à une formation classique, l’apprentissage est amélioré et offre une meilleure mémorisation.
  • Apprentissage personnalisé : L’apprenant peut adapter le temps et le rythme à attribuer à chaque module en fonction de ses compétences.
  • Un coût moins élevé que les formations présentielles : la réduction des coûts est liée à l’absence de professeurs à rémunérer, de salles de cours, …etc.
  • Favorise les personnes plus à l’aise avec la communication écrite.
  • Enregistrement permanent des échanges, propice aux révisions.
  • Mise à contribution de l’ensemble des apprenants, contrairement aux cours présentiels qui défavorisent les personnes timides.

Les inconvénients et risques du E-learning

  • Équipements multimédia obligatoires : Aussi bien l’entité qui propose le E-learning que les apprenants doivent disposer au moins d’un ordinateur récent, de logiciels compatibles installés et d’une connexion internet haut débit (bande passante supportant la communication vidéo).
  • Interaction limitée entre les intervenants qui peut être un obstacle dans l’industrie par exemple.
  • Taux d’abandon plus élevé que dans les formations classiques, d’où la nécessité d’une responsabilisation et d’une plus grande motivation.
  • Les outils informatiques, nécessaires à la diffusion, peuvent encore aujourd’hui constituer des freins chez certaines personnes.

Comment réussir sa formation E-learning ?

  • Choisir une plateforme ayant une véritable volonté de management : Grande évolution de la formation, le E-learning propose un mode d’enseignement spécifique et un projet est souvent pluridisciplinaire, nécessitant une bonne gestion du changement.
  • L’E-learning doit être abordé comme un complément à d’autres types de formation.
  • Les cours doivent être monitorés par un intervenant humain, l’enseignant ou le tuteur, qui va accompagner les apprenants. En effet, les outils informatiques ne peuvent pas encore répondre aux questions des apprenants que ce soit par téléphone, e-mail, forum ou tchat.
  • Bien sélectionner les thèmes de cours proposés après l’évaluation des compétences. Toujours aborder les connaissances de base avant d’approfondir un sujet donné.
  • Principales différences entre le E-learning et la formation classique

III-Le marché du E-learning

Le marché du E-learning se répartit entre de nombreux acteurs professionnels qui ont chacun leurs rôles à jouer.

Les types d’acteurs du marché

Fournisseurs de contenus pédagogiques

Ces établissements fournissent deux types de modules de cours, surtout pour les spécialistes de la formation professionnelle et les universités :

  • Cours dits universels qui sont dédiés au développement de compétences générales en bureautique, gestion de projet, management, …etc., ainsi qu’en formations plus spécifiques à un secteur d’activité, comme la comptabilité bancaire.
  • Cours sur-mesure, pour la formation de salariés sur des compétences propres à une entreprise.

Éditeurs de plateformes LMS

Il en existe un grand nombre qui proposent soit une solution open-source, soit de louer leur plateform en mode ASP (Application Service Provider). Selon leurs secteurs d’activité, ils peuvent être classifiés comme suit :

  • Informatique traditionnelle : IBM, SUN, …
  • Editeurs de logiciels : Oracle, Saba, Macromedia, Centra, SumTotal (fusion de Click2Learn avec Docent), BlackBoard, MindCooker, …
  • Sociétés spécialisés : CybEOsphere, iProgress, MindOnSite, e-teach, …
  • Les universités.

Intégrateurs

Ces acteurs réalisent la partie technique liée à la mise en place d’une plateforme e-learning, pouvant inclure des services d’ingénierie pédagogique et de développement de cours interactifs. Ils effectuent ainsi l’étude du concept et la mise en œuvre informatique à travers les outils multimédia.

Les intégrateurs se proposent aussi d’accompagner les entreprises pour réussir leurs politiques e-learning. De l’audit au conseil, jusqu’à la mise en place des modules de cours, ils installent le système e-learning au cœur même de l’entreprise.

 Organismes de normalisation et de standardisation

Les standards du domaine de l’e-learning ne sont pas encore absolus. Seuls des organismes et groupes d’acteurs du domaine ont développés des critères communs. Malgré les spécifications de chaque thème de formation dispensées, ces standards reposent néanmoins sur des bases communes. L’objectif de ces règles de standardisation est de garantir la compatibilité entre les plateformes et les modules de cours. Ainsi, la norme AICC permet de déployer un module de cours sur toutes les plateformes qui en sont compatibles. Les trois principaux organismes de standardisation qui œuvrent dans le domaine du E-learning sont :

  • L’AICC (Aviation Industry Computer-based training Commitee) : regroupe des professionnels de la formation qualifiante assistée par ordinateur. Il édite des standards pour les entreprises et industries du domaine de l’aéronautique, quant au développement, à la diffusion et à l’évaluation de formations assistées par ordinateur. Ses recommandations ont une grande notoriété, même en dehors du secteur aéronautique.
  • L’ADL (Advanced Distributed Learning) est supporté par le gouvernement des USA. Elle développe et recommande la norme SCORM (Sharable Content Object Reference Model) en mettant à la disposition des plateformes un document qui peut être facilement intégré pour être en phase avec les standards IEEE et IMS. Ces normes permettent de personnaliser les formations en fonction des objectifs et acquis validés d’un apprenant.
  • L’IMS regroupe des éditeurs et des intégrateurs qui développent des standards techniques afin de garantir la compatibilité des technologies de formation e-learning. Ces normes se basent sur la technologie XML et présentent les lignes directrices des cours et des procédures d’inscription. Ils proposent aussi de connaître les principales caractéristiques des apprenants.

Quels types de formations E-learning choisir ?

Selon les contextes, quatre grands types de E-learning peuvent être adaptés à un apprenant :

Les documents en ligne

Certaines plateformes mettent juste des documents de cours à la disposition des apprenants grâce à un réseau intranet. C’est une forme du E-learning, associée à une procédure d’apprentissage collaboratif. Ici, Intranet est utilisé comme un réservoir de connaissances de l’entreprise et un outil de partage du savoir. Ainsi, chaque membre de l’entreprise apporte sa propre collaboration au développement des connaissances et du savoir-faire collectif. Toutefois, la différence entre formation et information est plus que réduite. L’apprentissage collaboratif doit ainsi être mis en œuvre grâce à une coopération entre les intervenants, durant la réalisation d’une tâche commune.

E-learning tout en ligne

Non nécessairement fourni à distance, ce type de formation est adapté aussi bien à une mise en place dans le lieu de travail, que dans une pièce réservée à la dite formation ou au domicile de l’apprenant, selon l’organisation adéquate choisie. Les cours sont supportés par une grande diversité d’outils informatiques et multimédia.

E-learning tutoré

Des spécialistes se chargent d’accompagner les apprenants dans leurs cours et suivent de près le niveau de chacun. Ces tuteurs ont surtout pour rôle de motiver et d’offrir un soutien pédagogique individuel. Ils peuvent être des employés de l’entreprise, qui ont été spécialement formés à cet effet.

Le Blended learning

Cursus traditionnel allié à la formation à distance, le blended learning tient une forte position dans le marché de la formation assistée par ordinateur. En effet, il est encore impossible que les machines puissent remplacer complètement les enseignants à des fins pédagogiques. Les séances d’auto-apprentissage en ligne sont ainsi alternées par des séances de cours présentiels académiques.

Quelques opérateurs E-learning reconnus

-La plateforme E-learning d’UBS a été lancée en 2002 et nommée STEP ou System for Training Education & Performance. Dès juillet 2003, plus de 1500 cours ont été diffusés par ce système LMS.

-Banque coopérative du Groupe Banque Populaire, la BRED a lancée sa plateforme e-learning dédiée au système bancaire en 1996, en mode ASP. Développement informatique et métiers bancaires sont les principaux thèmes des formations dispensées.

-AXA, qui est un groupe international d’assurances regroupe 98000 employés dans 25 pays. Il adopte une stratégie e-learning dès 1997. Le centre de ressources de formation est partenaire avec IBM et propose des modules de cours ciblant les métiers de l’entreprise, avec l’intervention d’un tuteur expert dans son domaine. Ce qui permet de suivre une formation qualifiante de commerce et de gestion pour réussir sa vie.

IV-Perspectives d’évolution et futures tendances du E-learning

L’évolution du multimédia et la vulgarisation des connexions haut-débit sont actuellement en train d’accroître les possibilités du E-learning, avec une utilisation en temps réelle du son et de la vidéo en simultanée. L’attractivité des contenus propose ainsi une efficacité pédagogique encore plus poussée, qui devient aussi adoptée comme support de cours académique dans les écoles. Les inconvénients de la barrière technologique s’écroulent ainsi peu à peu et permettent de constater certaines tendances du marché :

  • Intégration des plateformes LMS dans le système d’information des entreprises, par le biais de la branche des ressources humaines.
  • Intégration des plateformes LMS dans les réseaux intranet des entreprises
  • Interopérabilité entre les plateformes LMS et les outils de gestion de contenus web (CMS)
  • Emergence du rapid E-learning qui cible la transmission rapide des informations et des connaissances au sein d’une organisation. Les outils comme Macromedia Breeze et Power Point permettent à un collaborateur de réaliser par lui-même des petits modules de E-learning, grâce à des compétences techniques minimales.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux